[<<]    [?]    [>>]
Euphorbe

Noms

Euphorbe
Euphorbia sp.
Euphorbe Petit cyprès
E. Cyparissias L.
Euphorbe Douce
E. Dulcis L.
Euphorbe Réveil matin
E. Helioscopa L.
Euphorbe des bois
E. Amygdaloïdes L. (Sylvatica)
Euphorbe véruqueuse
E. Verrucosa L.

Famille

Angiosperme Monocotylédone Euphorbiacées

Caractéristiques

Il existe plus de 50 espèces d'euphorbes en France Les cinq présentées sont les plus courantes. La plus dangereuse (non présentée car très rare) semble être E. Dendroides, arbuste de 1m. de hauteur présent sur des coteaux rocailleux du Var. Caractéristique des euphorbes : plantes à latex (laticifères très nombreuses) suc toxique et âcre protégeant ces plantes contre les herbivores, plante à inflorescence particulière et complexe nommée cyathe (voir schéma). Fleurs femelles à trois loges, les cyathes sont bordées de glandes dont la forme et la couleur servent dans la détermination. E. Cyparissias. Plante herbacée (10-20 cm), sans les fleurs ressemble à un petit conifère (cyprès). Feuilles étroites, linéaires. Glandes régulières, jaunes. Inflorescence formant pratiquement une ombelle jaunâtre. E. Verrucosa.. Plante herbacée en touffe (10-30 cm.), tiges vertes, un peu souples, feuilles molles, entières sans pétioles, inflorescence en ombelle à feuilles jaunâtres, le fruit est "verruqueux" (sur les ovaires non fécondés les verrues se distinguent à la loupe ou à la binoculaire). E. Helioscopa. Plante herbacée (10-30 cm.). Tige très vite dépourvue de feuilles vers la base, tige tordue (la plante tourne pour chercher le soleil), rougeâtre par endroit (formation d'anthocyanes = réaction à la sécheresse et au fort ensoleillement). Feuilles entières semblables à celles de l'espèce précédente Inflorescence en ombelle. Gros fruits à loges lisses, les fruits pour pouvoir grossir forment un pédoncule qui permet un développement un peu en dehors de la cyathe (allure de battant de vieux réveil). E. Amygdaloïdes. Plante sous-ligneuse à la base (50-70 cm.). Souche pérennante se développant en partie à l'automne (entre-noeuds courts, couleur violacée de la tige à la base : le froid automnal déclenche une synthèse d'anthocyanes). Les derniers entre-noeuds sont si courts que le plante présente une pseudo-rosette de feuilles au milieu de la tige. En dessus de cette touffe (fin de croissance au moment de l'hiver), le bourgeon terminal reprend son activité au printemps. Tige vert clair à croissance rapide, à entre-noeuds larges. L'inflorescence est une grappe répartie tout le long de la tige. Les bractées à la base des cyathes sont presque complètement soudées. Les glandes sont jaunes à maturité, en forme de cornes de vache. E. Dulcis. Plante herbacée (10-30 cm). Allure plus chétive que toutes les autres. D'un vert plus soutenu (pas d'impression de couleur jaunâtre au niveau de l'inflorescence, pas d'anthocyane sur les tiges). Feuilles entières sans pétioles. Inflorescence en ombelle, glandes rouges à maturité.

Toxicité

Latex à composition inconnue.

Troubles possibles : caustique, irritant des muqueuses.

Biotope

E. Cyparissias. Bords des chemis, cultures. E. Verrucosa. Dans les prairies (non consommée par les herbivores). E. Helioscopa. Bords de chemins secs et ensoleillés. E. Amygdaloïdes. Lisière des bois. E. Dulcis. Sous bois.

[<<]    [?]    [>>]